Déviations, de Colin Vettier : Sourire de vivre (Extrait en ligne)

La déviation est une perception erronée de la réalité. Tous les personnages de ce recueil voient le monde au travers de leur déviance – qu’il s’agisse d’une collégienne commettant un carnage dans son école, de jeunes femmes surprenant la secte de la Gaîté en pleine action, d’un tueur désabusé, d’un père de famille violent ou encore du businessman riche et célèbre…
Avec Déviations, Colin Vettier signe un recueil satirique aux frontières de l’horreur de notre société actuelle.

 

Sourire de vivre

 

Dehors le vent se lève, soulevant des feuilles mortes et quelques ordures. Un sac plastique est projeté contre une grille imposante. La peinture verdâtre est légèrement écaillée, laissant apparaître de la rouille par endroit. Lorsque le vent tourne, la poche est chassée, découvrant une pancarte « École primaire Saint Sulpice ».

La nuit ne va pas tarder à tomber. Le soleil disparaît déjà derrière l’horizon. Le ciel paraît en feu.

— Il est dix-huit heures, et nous sommes le 14 novembre. Bienvenue sur Radio Sourire de Vivre. Tout de suite, l’émission La Fin dans le Monde, animée par Maître Renae. Bonsoir Maître. 

— Bonsoir David.

— Le sujet de ce soir est l’animosité de l’être humain envers ses frères. C’était David T. pour Radio Sourire de Vivre.

— Merci David. Effectivement, ce soir, nous allons tenter de comprendre pourquoi les Hommes ressentent une irrépressible envie de se haïr, se spolier…

Je me tiens devant la grille de ce qui fût un jour un lieu d’enseignement. Cinq années de ma vie se trouvent ici. Cinq années dont j’ai peu de souvenirs. Seulement des flashes, comme des éclats reflétant un passé difforme. Le vent, s’engouffrant dans quelques interstices, émet un étrange chuchotement. Si proche d’une incantation diabolique. L’atmosphère se rafraîchit soudainement. Au loin, un chat fait tomber une poubelle en bondissant dessus.

Je frissonne, plonge les mains dans les poches de mon manteau et enfonce la tête dans mes épaules. Tu parles d’un endroit idéal pour des retrouvailles entre anciens camarades de classe ! Ça ressemble plus au décor d’un mauvais film d’horreur. Cela pourrait tout aussi bien être un rendez-vous pour des funérailles.

Mon portable sonne : « 1 message reçu ».

« Slt kesske tu fais tt à l’h ? S q’on peu s voir vers 20h ? C. »

Pianotant le plus rapidement possible sur les touches déjà usées de mon téléphone, je réponds.

« Sui a l’ecole St Sulp pr revoir anciens potes.tu peu venir si tu veux. »

Au bout de la rue, je vois se profiler trois silhouettes. Elles discutent entre elles. Sandra, Pauline et Élodie.

À mesure qu’elles approchent, mon sourire grandit. Le plaisir de se retrouver est intact. Malgré les années et nos chemins divergents, nous sommes restées liées.

« Ça vous dit un petit tour dans la cour ? Comme au bon vieux temps. »

Nous nous regardons avec un sourire complice. Quelques minutes plus tard, Pauline est la dernière à sauter par-dessus la grille. La semelle de ses chaussures fait un bruit mat en s’écrasant au sol. Elle se redresse en soufflant, « ouf, un peu plus et je m’éclatais la face au sol. » Elle frappe ses mains l’une contre l’autre pour en chasser les résidus de peinture provenant du portail. « C’est parti pour le tour du propriétaire ? » lance-t-elle en prenant la tête des troupes.

Dans l’enceinte de la grande cour de récréation où avaient résonné les cris de centaines d’enfants, nos pas sont les seuls bruits perceptibles. Nous nous arrêtons toutes les quatre à mi-chemin pour lever les yeux vers l’imposante structure de béton grisâtre. Du haut de ses trois étages, le bâtiment nous écrase de sa toute puissante austérité monolithique. Une grosse chaîne sertie d’un cadenas a été placée sur les portes d’accès au préau. Les vitres qui n’ont pas été éclatées sont couvertes de poussière et le crépi des murs est rongé par endroits par un lierre envahissant. La construction est clairement à l’abandon, vestige d’une effervescence passée.

Sandra fouille dans son manteau et en sort une cigarette. Elle glisse ensuite la main dans sa poche pour en sortir un briquet avec lequel elle allume sa clope. Dans le silence de la cour d’école, le crépitement provoqué par l’inhalation d’une bouffée de fumée paraît particulièrement présent. Elle souffle. « C’était quand même plus vivant quand on y était. Vous vous rappelez de Mme Choquet ?

— Oui, celle qui n’arrêtait pas de nous mettre en colle parce que nous étions peste avec les mecs » répond Pauline songeuse en s’asseyant prudemment sur un banc en bois vermoulu. Un soupçon de rancune dans la voix, elle poursuit « cette peau de vache nous avait même collées un samedi !

— Exactement, intervient Élodie.

— Il paraît qu’elle a rejoint une sorte de secte. » Elle évacue un nuage de tabac d’entre ses lèvres. « Un culte étrange qui serait soupçonné d’escroquerie et peut-être de torture et acte de barbarie. Mais aucune preuve n’a pu être produite devant le tribunal. Les charges contre eux ont été abandonnées. »

Le vent est tombé et le silence s’installe à nouveau ; un silence pesant, épais et froid comme le fog londonien. Comme si quelque chose allait se passer. Les filles frissonnent d’un seul corps.

Achat : bookeen, kobo, amazon, apple, google play / Lecture en ligne : Youscribe, Youboox / Extrait 1, 2, 3

Besoin d’aide ? Lecture gratuite avec Youbooxlecture par abonnementlecture sur PCapplicationsFoire aux questions

l'arlésienne, colin vettier, maison d'édition, livres numériques

À force de regarder des films fait de bricolages plus ou moins malheureux et d’histoires parfaitement aberrantes, je me suis dit « pourquoi pas moi ? ». Voilà ce qui m’a donné envie d’écrire et de persévérer : des déjantés filmant des insultes au bon goût, une belle bande de tarés-et-fiers-de-l’être.

Cliquez ici pour découvrir sa bibliographie (et bien plus encore !)

l'arlésienne, éditeur français, éditions l'arlésienne, ebook a telecharger, ebook download, ebook france, ebooks en français, l'arlésienne éditions, livres, livres numériques francophones, livres originaux, livres pour adultes dyslexiques, maison d'édition france

Laissez vous-aussi un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.