éditeur français, éditions l'arlésienne, ebook a telecharger, ebook download, ebook france, ebooks en français, l'arlésienne éditions, livres, livres numériques francophones, livres originaux, livres pour adultes dyslexiques, maison d'édition france

Vous et l'Histoire : Colin Vettier

éditeur français, éditions l'arlésienne, ebook a telecharger, ebook download, ebook france, ebooks en français, l'arlésienne éditions, livres, livres numériques francophones, livres originaux, livres pour adultes dyslexiques, maison d'édition france
Déviations, le recueil de nouvelles de Colin Vettier
Bonjour Colin et merci d’avoir accepté de participer à notre rencontre sur le thème « vous et l’Histoire » !  Quels sont tes rapports à l’Histoire ? T’y intéresses-tu beaucoup ?

Mes rapports à l’Histoire ? Outre le fait que je vis dedans ?
Ça me rappelle mon adolescence. La première idée que j’associe à l’Histoire c’est un tas de dates à apprendre par cœur pour avoir une bonne note. Donc, non, je ne suis pas un féru d’Histoire. Mes connaissances se limitent à ce que j’ai appris à l’école et à ce que je lis dans la presse. Je dois me situer quelque part entre le « quoi, tu t’intéresses pas à l’histoire ? Mais c’est trooooop important l’histoire ! » et le « l’Histoire ? M’en tamponne la serviette à éponger la sueur de l’Histoire ».

Je pense que, comme pour beaucoup de domaines académiques, j’ai besoin d’une approche ludique et constructive. Pas d’une approche de vieille barbe, où tu t’enfiles des ouvrages de 2.000 pages secs comme un coup de trique.

En y réfléchissant, c’est probablement plus l’angle d’approche que la matière en elle-même qui me dérange…

Y a-t-il des périodes de l’Histoire qui t’intéressent particulièrement ?

La période de l’Histoire qui m’intéresse le plus est celle que nous vivons actuellement. Comme je l’ai dit, je ne suis ni un historien ni un historiophile. Je trouve qu’aujourd’hui comme hier, l’homme a toujours eut un penchant pour l’autodestruction. Donc je trouve plus constructif de m’intéresser aux armes qu’il utilise aujourd’hui pour se tirer une balle dans le pied. En fait pour être plus exact, en tant qu’auteur de fiction, la période dans laquelle nous vivons m’inspire plus.
Et puis je trouve la remontée du populisme suffisamment déprimante pour ne pas aller me plonger dans les croisades, la peste, la grippe espagnole, ou le nazisme pendant mon temps de cerveau disponible. Evidemment, connaitre un peu d’histoire permet de savoir comment nous en sommes arrivés là, mais comme nous – en tant que collectivité humaine – semblons incapable d’en tirer les leçons… Je préfère donc tricoter de la fiction plutôt que d’aller voir comment nous traitions notre prochain au moyen-âge. Probablement à tort, mais mon ulcère me dit que j’ai raison…

Si tu pouvais vivre à une autre époque, laquelle choisirais-tu ?

J’hésite. Les années 60-70-80 probablement : les mouvements civiques, l’illusion qu’en faisant des enfants on façonnerait un monde meilleur, Vincent Price au cinéma, le nouvel Hollywood, l’avènement d’un cinéma d’horreur plus frontal… Aussi parce qu’on y croyait que le futur (l’an 2000) serait comme un épisode des Jetsons. Disons que je ne serais pas contre des cheveux longs, des fleurs dedans et un pantalon pattes d’eph’ en cotes de velours, si c’était livré avec l’idéalisme et l’utopisme qui vont bien.
Sinon, j’irais bien voir le futur. Pour savoir quels combats mener aujourd’hui… Meme s’ils me paraissent assez clairs. J’ai envie de savoir ce qui nous sauvera. Ou ce qui nous perdra.

Tu vis actuellement aux USA. As-tu l’impression de vivre un moment historique avec l’élection de D. Trump ?

Très clairement. Un moment où la croyance et la rumeur ont pris le pas sur l’information. Où le populisme a pris le pas sur l’idéalisme.
Sans faire de la politologie de comptoir, ces élections sont avant tout la victoire de celui qui a la plus grande gueule. La victoire de la colère sur les idées, des mensonges sur les faits. Le nouveau président a insulté à peu près toutes les minorités (qui rappelons le, additionnées les unes aux autres, constituent la majorité), de nombreux dirigeants et/ou pays étrangers, ne s’est pas préparé, a inventé des faits grotesques, encouragé une campagne putassière et j’en passe… et le voilà en route pour la maison blanche.  Accompagné d’un Républicain traditionnel (qui fait partie de l’establishment sur lequel il a vomi pendant toute sa campagne) et d’un personnage particulièrement sulfureux qui penche à droite de l’extrême droite… Sans oublier le nouvel administrateur de l’Agence pour la Protection de l’Environnement qui ne croit pas au réchauffement climatique et qui pense que le co2 n’a pas d’effet et est un canular visant à porter atteinte à la productivité américaine… Il va falloir beaucoup d’humour (et d’engagement civique) pour survivre à ces 4 prochaines années.

Dans une Amérique qui s’enlise dans des difficultés économiques qui semblent inextricables, l’envie de changement et le besoin d’un bouc-émissaire étaient omniprésents. Et comme les théories du complot se propagent très facilement sur les réseaux sociaux et que Monsieur Trump ne croit pas en « les faits »…  Inutile de faire un dessin ou d’être passionné d’Histoire pour ne pas y voir la reproduction d’un schéma.

Si l’élection de Donald Trump vous intéresse, je vous encourage à vous renseigner sur le sujet. Et surtout, SURTOUT, croisez vos sources. Les prochaines semaines – mois, années ? – vont être particulièrement riches en propagande, mensonges élevés au rang de faits, divertissements déguisés en information et autres conspirations.

De mon côté, j’ai comme projet de faire un recueil de trois nouvelles, porté sur mon expatriation aux Etats-Unis.

Ton recueil, Déviations, évoque les travers de la société contemporaine. As-tu le sentiment de décrire l’histoire de notre époque ?

Je pense qu’effectivement, mon recueil Déviation dépeint des histoires de notre époque. Enfin, je l’espère. Ce n’était pas nécessairement mon intention première, mais lorsque j’ai rassemblé ces nouvelles (écrites entre 2007 et 2014) pour en faire un recueil, il m’est apparu qu’il y avait une thématique commune. Peut-être plus qu’une thématique : une obsession, celle du dérapage. Le pessimiste qui m’habite est fasciné par la capacité qu’on les choses les plus normales à dégénérer pour se transformer en de monstrueuses catastrophes.

Quoiqu’il en soit, je ne prétends pas écrire l’Histoire de notre époque. Je pense que la fiction a un pouvoir magique lorsqu’elle est maniée avec soin : elle permet d’expliquer le monde contemporain, d’en voir les failles de manière constructive, originale, voire d’en rire.

Au final, cela se résume à une chose : je vis une époque qui nourrit mes fictions. Cela passe par un pessimisme ambiant et une certaine forme d’humour.

Merci d’avoir échangé avec nous sur ce sujet. On te dit à très bientôt pour une nouvelle interview !

À force de regarder des films fait de bricolages plus ou moins malheureux et d’histoires parfaitement aberrantes, je me suis dit « pourquoi pas moi ? ». Voilà ce qui m’a donné envie d’écrire et de persévérer : des déjantés filmant des insultes au bon goût, une belle bande de tarés-et-fiers-de-l’être.

Cliquez ici pour découvrir sa bibliographie (et bien plus encore !)

Laissez vous-aussi un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s