Publicités
Les dernières niouzes

Tristan Bearton, de Ludovic Esmes (Extrait en ligne)

Tristan Bearton est un détective américain… plutôt du genre donuts et pantoufles. Parti dans une île paradisiaque pour ses vacances (un repos bien mérité !), il tombe sur l’abominable Mademoiselle Benstelfield. Certes, la jeune femme est physiquement charmante. Mais, elle est comme une princesse de jeux vidéo qui adore se faire kidnapper par le grand méchant monstre : Mademoiselle Benstelfield a toujours un objet de luxe à se faire piquer par une affreuse bande de criminels. Découvrez vite le premier épisode d’une série complètement burlesque !

La plage, le sable bouillant, les coquillages et le cri des mouettes : en somme, des vacances bien méritées ! Irrité par des coups de soleil dans le dos, je me gratte, tel un ours attaqué par des fourmis, contre un palmier proche de mon bungalow. Les bras étirés suivis de quelques bâillements me redonnent une bouffée d’oxygène, après une nuit fort reposante. Je respire la vie et la bonne odeur de crustacé.

— Bonjour Détective Bearton, voici votre petit-déjeuner, intervient le serveur, un plateau de viennoiseries et une carafe de café chaud à la main.

— Pas de détective ici, voyons, je suis en vacances. Appelez-moi Tristan, voulez-vous ?

— Très bien, monsieur Tristan, répond-il le sourire aux lèvres.

Je lui refile un pourboire pendant qu’il dépose le plateau sur la table de la terrasse. Il repart la mine déconfite en découvrant le pauvre billet que j’ai mis dans la paume de sa main. Ce n’est pas exorbitant, mais c’est le mieux que je peux lui offrir. Mes dernières enquêtes ne m’ont pas fait gagner grand-chose. Dur métier de détective ! Un peu comme les écrivains, mais je n’ai pas à me plaindre, j’aime mon boulot. J’engloutis deux croissants et un pain au chocolat avant de m’attaquer à mon mug de café bien chaud. Le temps de prendre une douche, de me raser et je serai fin prêt pour faire bronzette. Cela fait plusieurs années que j’attendais ce moment. Je suis fauché, certes, mais un peu de détente au soleil ne se refuse pas ! Le sable brûlant m’oblige à porter mes tongs. Je vais un peu faire contraste avec ma peau blanche, cachet d’aspirine, par rapport à tous ces corps bronzés qui se donnent en spectacle. Heureusement que mes poils la camouflent. Bon, après tout, personne ne me connaît.

— Mon cher ami Tristan, entends-je d’une voix forte derrière moi.

Cette façon de parler ne m’est pas inconnue. Moi qui me figurais être incognito ! Je me retourne, ébloui par un rayon de soleil. Le visage d’une diva apparaît, telle une révélation.

— Mademoiselle Benstelfield ! Enchanté de vous rencontrer ici.

Il faut être constamment galant avec les femmes, même si l’on ne le pense pas.

Je l’ai rencontrée, la première fois, à New York. C’était un soir d’hiver, il neigeait abondamment. Elle était arrivée précipitamment, dans mon bureau à peine chauffé – je n’avais pas payé les factures de gaz – et hurlait comme une hystérique qu’une personne la suivait constamment afin de lui dérober son sac en plume d’oie.

— Mais, qui voudrait de cette horreur ? lui rétorquais-je sur le coup.

Elle m’avait pris la main et l’avait posée sur son sac en m’invitant – de force – à le caresser. Je faisais mine d’acquiescer ses dires afin de la calmer un peu. J’acceptais de prendre le dossier en charge, même si c’était plutôt l’argent qui m’attirait le plus.

— Encore une folle richissime qui veut attirer l’attention sur elle, pensais-je en la regardant blatérer ses délires.

De fil en aiguille – et surtout ce froid qui nous donnait envie d’avoir un peu de chaleur – nous eûmes une relation qui dura plusieurs mois. Mais, par divergence d’opinions et par envie de liberté, car elle essayait de tout contrôler sur ma vie, nous nous séparâmes. Et la voilà, maintenant, qui revient à la charge.

— Vous êtes toujours aussi… dit-elle en me regardant de haut en bas.

— Beau, dis-je le sourire aux lèvres en l’interrompant.

Elle baisse les yeux et finit sa phrase, un peu hautaine.

— Bien rasé.

— Vous savez que j’aime être rasé de près, Mademoiselle Benstelfield.

— Oui, oui, c’est une de vos grandes qualités.

Elle s’arrête un instant, pensif, puis continu.

— Vous n’en avez pas d’autres d’ailleurs. Vous avez maigri ? Ou alors c’est le soleil, dit-elle en tapotant mon bide.

Elle se fout de moi ou quoi ! Un peu maigri, non, mais ! Bon OK, je ne suis pas une référence en alimentation saine et variée, mais un peu de diplomatie ne tue personne.

— C’est peut-être ça, oui, le soleil… dis-je en serrant les dents avec une grande envie de lui en mettre une, mais je me retiens, c’est une dame.

— On pourrait aller se boire un verre à l’occasion, dit-elle en passant langoureusement son doigt sur mes lèvres.

Après mon bide, mes lèvres, elle ne manque vraiment pas de culot !

— Vous savez très bien que c’est fini entre nous… Et depuis longtemps.

— C’est en tout bien, tout honneur, évidemment. J’ai abandonné les cheveux gris pour les noirs, dit-elle en me faisant un clin d’œil, puis un signe de tête vers un jeune homme arrivant vers nous.

Non, mais je rêve ! Elle me drague pendant que son nouveau mec vient à notre rencontre ! Il la prend par l’épaule. C’est le type même du gars mince, bien foutu, élégant et faisant partie certainement de la haute bourgeoisie. Tout le contraire de moi, fauché, gros et pas élégant pour un sou.

(…)

 

Achat : bookeen, kobo, amazon, apple, google play / Lecture en ligne : Youscribe, Youboox

Besoin d’aide ? Lecture gratuite avec Youbooxlecture par abonnementlecture sur PCapplicationsFoire aux questions

La nouvelle peut-être bonne… ou mauvaise. Un coup de téléphone, un sursaut, une hésitation, un choix, un abandon, une trahison…

Tout cela vous fera voyager dans un tourbillon rempli d’émotions. Naviguez dans cet univers dans lequel vous vous poserez la question : mais que sont-ils devenus ? Alors, ne perdez surtout pas le contrôle et sans détour parcourez mes écrits. Mais attention, il y aura un jour où cela risquera d’être votre tour…

Je suis marié et père d’une petite fille. Je suis né en 1979 et réside en Belgique…

Cliquez ici pour découvrir sa bibliographie (et bien plus encore !)

11 Comments on Tristan Bearton, de Ludovic Esmes (Extrait en ligne)

  1. Les deux livres se complètent bien . Bonne idee de la part de l »auteur . J’ai aimé.
    Je vais en lire un autre du même auteur.

  2. Bonne tranche de rigolade avec Tristan !
    L’auteur nous emmène dans un polar humoristique avec des personnages attachants. L’écriture est fluide et agréable. On a parfois envie de secouer Benstelfield et de lui dire que ce n’est qu’un collier. J’en redemande !!!!

  3. J’ai passé un agréable moment de lecture. Le style de l’auteur me touche particulièrement, il y a de l’humour ainsi que de l’action. Les situations décrites nous replongent un peu dans les anciens films de détective. Tristan est un personnage haut en couleur avec ses déboires concernant la boisson. Le rythme est soutenu et le texte très facile à lire et à comprendre

  4. Un excellent auteur, à l’imagination intarissable. J’ai beaucoup aimé aussi son I.C.E paru chez Hypallage Editions. Moins drôle que Tristam, le livre est glaçant mais aussi très captivant. Cet auteur a beaucoup de corde à son arc, et fait mouche à chaque trait!

  5. Cette nouvelle m’a tuée… de rire ! Ludovic nous présente un personnage très amusant, qui ne se prend pas du tout au sérieux. Une véritable bouffée d’air frais, à l’époque du dicta de l’apparence !

  6. Comme nombre de ses collègues détectives, TRISTAN BEARTON est alcoolique et fauché, sans oublier qu’il est doté d’une surcharge pondérable située au niveau des poignées d’amour. Autrement dit, il est plutôt bedonnant.
    Parti en vacances sur une plage ensoleillée, il est relancé par une ancienne cliente, Mademoiselle Benstelfield, dont le collier de perles appartenant à sa famille depuis plusieurs générations vient d’être dérobé.
    Tristan Bearton va accepter d’enquêter mais ses investigations ne vont pas plaire à tout le monde.
    Cette nouvelle policière, pimentée d’ humour, met en scène un détective amené à devenir récurrent et rappelant certains de ses pairs de la grande époque du roman noir américain. A suivre, donc !

  7. Cette nouvelle nous offre une enquête sympathique, mais surtout un personnage fort intéressant.

    Tristan Bearton, âge inconnu, mais je lui donne la quarantaine bien tassée, détective privé fauché, qui a tendance a trop levé le coude et souffre d’un manque d’exercice flagrant. Cependant, il n’en reste pas moins un homme fort intelligent et il va nous le prouver en résolvant une affaire de vol.

    Le pauvre, même en vacances, il ne peut être tranquille. Il va rencontrer une ancienne cliente et amante qui va le supplier de retrouver son collier disparu.

    Il va alors mener son enquête tambour battant allant jusqu’à se faire droguer et enlever. Il fera connaissance de personnes fort peu sympathiques et se fera de nouveaux amis… En un mot, il va vivre une sacrée aventure!!!!

    L’auteur a inventé ici un personnage très captivant, au sens de l’humour complètement décalé. Résultat, il nous fait sourire, parfois il nous fait grincer des dents, mais au final on s’y attache très vite.

    Je ne peux que vous recommande de découvrir par vous même ce détective hors du commun.

    Ma note : 5/5

  8. Tristan Bearton est une nouvelle drôle et rafraîchissante idéale pour décompresser en toute tranquillité.

    Le héros éponyme espère trouver un peu de calme et de repos au cours de ses vacances au soleil bien méritées. Mais c’est sans compter sur une ancienne conquête (qu’il n’aurait voulu en aucun cas retrouver) qui lui propose une affaire qu’il ne peut refuser. Le travail en vacances…

    Tristan est un vrai anti-héros : il se décrit lui-même comme un homme vieux, bedonnant, pâle comme un cachet d’aspirine et ayant un penchant pour la bouteille . Mais c’est son humour et le fait qu’il ne se prenne pas au sérieux qui est intéressant.

    Découvrez des personnages hauts en couleur, une écriture accessible, un ton léger et une intrigue pour laquelle l’on se passionne rapidement.

  9. Cette parution de Ludovic, je peux vous certifier que je l’attendais ☺

    Tristan est un détective sans le sous, qui décident d’enfin prendre une semaine de vacances.

    C’est sans compter sur une de ses anciennes conquêtes qui se retrouve au même endroit que lui, et qui va faire appel à lui après le vol de son collier de perles.

    Si je devais vous décrire Tristan, je vous dirais qu’il est spécial, qu’il est unique en son genre avec son humour pas piqué des vers, on dirait qu’il n’a peur de rien. Comme lui-même le dit, il est bedonnant et a un gros souci avec l’alcool.

    Le point que j’ai adoré chez lui, c’est qu’à aucun moment il ne se prend au sérieux, il est ce et comme il est, si cela ne plaît pas il s’en fout.

    Un personnage complètement décalé dont j’ai adoré lire chaque phrase et que je vous recommande sans hésiter.

  10. Un format court très prenant! Le livre s’inscrit dans la continuité des histoires de Tristan Bearton

  11. J’ai vraiment aimé ce gros détective marrant et malheureusement alcoolique. Une première enquête (c’est l’épisode 1) avec des personnages attachants et des répliques drôles. Un bon polar humoristique et qui ne se prend pas trop au sérieux.

Laissez vous-aussi un commentaire !

%d blogueurs aiment cette page :