demeter, perséphone, hadès, enfers, mythologie, l'archéonaute

La Colère de Déméter et l'Origine des Saisons – L’ÉPOPÉE LÉGENDAIRE #01

L’histoire de Perséphone et d’Hadès est l’une des histoires d’amour les plus connues dans la mythologie grecque. Et comme toute bonne mythologie, elle a subi à travers le temps de nombreuses modifications, dont on ne compte aujourd’hui plus les différentes versions.

Hadès était connu pour ne pas plus quitter les Enfers qu’un sphinx ne quitte son rocher (qu’un guerrier pétrifié ne quitte sa gorgone/qu’un roi ne quitte son trône/qu’un poisson-clown ne quitte son anémone), mais l’une des fois où il décida de prendre l’air, il tomba sur une jolie personne répondant au doux nom de Perséphone. Tout comme la foudre est attirée par la terre, il ne put s’éloigner d’elle et la quitter des yeux ; il apprit qu’elle était fille de Déméter et de Zeus, le Dieu des Dieux. Ça ne pouvait tomber mieux, puisque Zeus, le frère d’Hadès dans la famille, lui avait promis la main de l’une de ses filles. Le dieu du Ciel donna alors son accord, mais la mère de Perséphone, déesse de l’agriculture, le mit dehors, puisqu’elle ne pouvait pas le voir en peinture.

Le cœur brisé, Hadès retourna sous terre en sachant qu’il ne pourrait jamais vivre avec sa tendre et chère. Mais c’était sans compter son frère ! Dans le plus grand des secrets, ils commencèrent à élaborer un plan qui pourrait faire de Perséphone sa femme jusqu’à la fin des temps.

Alors oui, petite parenthèse, on a tous cette vision de Zeus le costaud contre Hadès le vilain pas beau. Mais ça, c’est à cause de Disney, où ils sont tous des blaireaux. En réalité, comme tout bon personnage de fiction, ils ont un côté mauvais et un côté bon. Ce que s’apprête à faire Zeus pour son frère est vraiment infâme puisqu’il va à l’encontre de l’avis de sa femme… et de sa fille, par la même occasion. M’enfin bon. Gardez en tête que Zeus l’infidèle ne vaut pas mieux que ce dont on accuse Hadès de manière perpétuelle.

Le lendemain matin, Déméter et sa fille descendirent sur Terre main dans la main. Perséphone fut confiée aux Océanides, des nymphes des cours d’eau et des rivières, tandis que sa mère s’occupait de la terre, avec l’agilité d’une sylphide (et tout ça sans insecticides). Alors que Perséphone cueillait des fleurs et qu’elle s’éloignait du groupe, guidée par sa candeur, elle remarqua bientôt un sublime narcisse et fut aussitôt attirée par sa beauté tentatrice.

Quand elle se baissa pour le cueillir [it’s a trap!], le sol sous ses pieds commença à s’ouvrir. Elle devait vite s’extirper de ce guêpier dans lequel elle s’était fourrée. De ce gouffre béant, Hadès surgit du néant avec son char tiré par des étalons de cauchemar. Il s’empara de la belle Ganymède avant que celle-ci n’ait pu crier à l’aide. L’une des nymphes nommée Cyane, assista impuissante et sans armes à la chute de son amie dans l’abîme ; elle fondit littéralement en larmes, formant ainsi la rivière éponyme.

Quand Déméter fut de retour, épuisée, et qu’elle demanda aux nymphes où se trouvait sa protégée, celles-ci ne surent quoi répondre. Furieuse, Déméter entra dans une colère impétueuse et leur jeta un sort. Alors des plumes recouvrirent leur corps et formèrent un camail, leurs pieds devinrent acérés et couverts d’écailles et leurs mains avaient laissé place à des ailes. C’est ainsi que furent créées les sirènes mortelles (bien différentes d’Ariel).

De Perséphone elle ne trouva que la ceinture et Déméter cria partout le nom de sa progéniture. Elle explora sous-bois et bruyères, la cherchant sans répit, mais oublia de s’occuper de la Terre, de jour comme de nuit. Le sol commença à s’appauvrir, les cultures à défaillir, les plantes à faner et les animaux à mourir. La famine ignora les prières, au sein même des panthéons, et le terrible oubli de Déméter apporta une misère sans nom. Les pleurs des hommes, des femmes et des enfants atteignirent le sommet de l’Olympe comme un coup de vent, et Zeus sut alors que s’il n’allait pas à son secours, l’Humanité disparaîtrait pour toujours. Il se confessa auprès de Déméter et promit de faire revenir sa fille depuis les Enfers, s’il pouvait être prouvé qu’Hadès ne la gardait pas contre sa volonté.

Pendant son temps passé aux Enfers, Perséphone jouissait des nombreux cadeaux qu’Hadès lui avait offerts. Finalement, elle découvrit chez lui un aspect qu’aucun autre n’aurait jamais imaginé, et tomba peu à peu sous son charme de manière inopinée. Hadès eut bientôt vent de l’injonction de son frère, et pour ramener sa bien-aimée prépara son char funéraire. Mais il était terrifié à l’idée qu’une fois que Perséphone eût reçu le choix, elle déciderait de ne pas vivre auprès de lui comme Reine et Roi.

Il lui offrit alors une dernière offrande souterraine : une grenade, un fruit à graines. Il est dit que si une personne consommait la nourriture offerte par son ravisseur, elle retournerait irrésistiblement vers cette personne par amour et non par peur.

Sachant cela, vous pouvez deviner quel choix Perséphone a-t-elle motivé. Déméter, qui n’est pas dupe, accusa Hadès d’avoir triché, avec un de ses tours de passe-passe dont lui seul possédait le secret. Après une violente querelle, Demeter leur fit savoir que si sa fille ne revenait pas auprès d’elle, elle ne prendrait plus jamais la Terre sous son aile. Zeus essaya de modérer et décida que Perséphone devait passer une partie de l’année avec Hadès et le reste au mont Olympe avec la déesse. L’accord ne plut ni à elle ni à lui, mais ils n’avaient pas d’autre choix que de l’accepter, comme le jour succède à la nuit.

Beaucoup pensent que les saisons de l’année peuvent être expliquées par cette histoire mouvementée. Les six mois où la fille était loin de sa mère, le sol était stérile et les cultures austères, puisque dans sa tristesse mêlée de colère, Demeter négligeait la Terre. Cette partie de l’année devenait alors l’automne et l’hiver. Quand la fille et la mère se retrouvaient enfin près d’un étang, les mois de l’été et du printemps, le sol devenait à nouveau fertile, créant ainsi le cycle des saisons. Habile.

L’histoire de Perséphone et d’Hadès est l’une des histoires d’amour qui a le plus divisé. Ceux d’abord qui pensent qu’Hadès est le méchant de cette tragédie, enlevant Perséphone contre sa volonté et la forçant à vivre aux Enfers auprès de lui. Et il y a ceux qui pensent qu’Hadès est un personnage incompris, qui, lorsqu’il rencontra Perséphone, changea son état d’esprit et parvint à recevoir son amour, bien avant de mettre en place son petit tour de magie.


J’écris depuis mon plus jeune âge et participe à de nombreux concours partout en France, sous le pseudonyme « Jimi B. Watson ». J’ai créé un site internet sur lequel j’ai publié quelques-unes de mes nouvelles. Je suis un grand admirateur de l’œuvre de J.R.R. Tolkien, qui est une grande source d’inspiration pour mes écrits. La science-fiction est aussi un genre que j’apprécie beaucoup car il permet de porter un regard critique sur les déviances de notre monde actuel, que je m’attache à combattre, armé de ma plume.

Cliquez ici pour découvrir sa bibliographie (et bien plus encore !)

Laissez vous-aussi un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s