Vous et l'histoire : Delphine Ciolek

éditeur français, éditions l'arlésienne, ebook a telecharger, ebook download, ebook france, ebooks en français, l'arlésienne éditions, livres, livres numériques francophones, livres originaux, livres pour adultes dyslexiques, maison d'édition france
Bonjour Delphine et merci d’avoir accepté de participer à notre rencontre sur le thème « Vous et l’Histoire » !
– Quels sont tes rapports à l’Histoire ? T’y intéresses-tu beaucoup ?

Je m’intéresse à l’Histoire, oui, mais de façon très épisodique. Et devant la masse d’information disponible, je suis très sélective. Alors que j’étais littéralement passionnée par tous les cours d’histoire que j’ai reçus à l’école, sans distinction. Je me souviens encore par cœur de mes leçons du primaire, c’est pour dire ! Au collège, mon cahier d’histoire ressemblait à une vraie encyclopédie : je l’agrémentais d’images sur les objets, vêtements d’époque ou éléments d’architecture glanées ici ou là, que je découpais et collais avec application. Je mêlais le plaisir de l’histoire au domaine artistique. Aujourd’hui, je suis très ancrée dans le présent, je ne m’interroge pas sur la portée historique de tel ou tel événement dont j’entends parler à la radio. Par contre, lorsque je voyage, je m’intéresse à la géographie et à la culture des gens que je rencontre, liées à l’histoire des peuples et des frontières. Je ne m’intéresse donc pas à « l’Histoire pour l’Histoire », mais je l’utilise pour ma compréhension du monde qui m’entoure.

– Y a-t-il des périodes de l’Histoire qui t’intéressent particulièrement ?

Comme beaucoup, j’ai eu un gros coup de cœur, enfant, pour l’Antiquité. Pharaons d’Égypte, Grecs et Romains me fascinaient. C’est surtout la mythologie qui me plaisait. Ça manquait de femmes auxquelles m’identifier, alors je me reportais sur les aventures des héros. Ensuite, je me suis passionnée pour le Moyen Age, avec ses châteaux forts et ses chevaliers. Là encore, peu de femmes, je vivais entourée par Lancelot du Lac, les Chevaliers de la Table Ronde et Merlin. Plus que l’Histoire, ce sont les histoires et les mythes qui m’attirent.

– Si tu pouvais vivre à une autre époque, laquelle choisirais-tu ?

Franchement, je ne peux pas dire, je suppose que toute époque est intéressante à vivre. Tout dépend du lieu aussi. Toutefois, serais-je « moi » si j’étais née à un autre moment, ailleurs ? Non ! En outre, vu la condition féminine aux différentes époques qui se sont succédées, je crois que je préférerais vivre dans le futur, et pas n’importe lequel : à une époque où chaque sexe sera reconnu pour ses qualités et considéré dans sa complémentarité avec l’autre, sans opposition et sans traitement inégal. Utopique pour l’instant…

– Tes deux nouvelles, l’absence de continuité et l’amour est un dialogue, s’intéressent à la quête d’une histoire personnelle (sans pour autant sombrer dans le cliché de l’amnésie). Pourquoi ce choix ?

Comment les gens sont-ils arrivés là où ils en sont, voilà un sujet qui m’interroge ! La constitution de chaque individu est tellement diversifiée et tributaire de tant de paramètres… Ma première nouvelle s’inscrit clairement dans cette thématique de la construction de l’identité. J’ai écrit la seconde en partant plutôt d’une réflexion sur la mémoire, mais les deux sujets se rejoignent. Les mystères du fonctionnement du cerveau me donnent le vertige : tous ces mécanismes et organes intervenant pour consigner les moments vécus, forger des souvenirs plus ou moins enjolivés et revisités… Une œuvre littéraire conséquente étant déjà consacrée à la mémoire (La Recherche de Marcel Proust !), j’ai choisi de me focaliser sur les processus biologiques sous-jacents. Allier la biologie à l’histoire et à la littérature : mes rêves de pluridisciplinarité se concrétisent !

Merci d’avoir échangé avec nous sur ce sujet. On te dit à très bientôt pour une nouvelle interview !

Née en 1980 à Metz, Delphine Ciolek aurait pu mener sa barque en Lorraine, mais l’appel de la mer, qu’elle découvre à dix ans sur les côtes bretonnes, se fait de plus en plus fort. Elle part étudier à Rennes, puis s’envole au Québec et à Paris avant de se fixer à La Réunion, où elle officie dans le monde de la pêche.

Cliquez ici pour découvrir sa bibliographie (et bien plus encore !)

Laissez vous-aussi un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s