Meilleures ventes du mois de février (2/2)

Comme promis, voici la suite du classement des meilleures ventes du mois de février 2018 !

6 : Betty-Lou, de Lucille Cottin : Paris, années 20. Attiré par le faste de la capitale, un jeune provincial s’installe dans un ancien grenier aménagé en appartement, pour réaliser quelques économies et ainsi pouvoir participer aux mondanités de son école. Malheureusement, cette économie ne suffit pas. La pauvreté en fait sa victime.

Reclus chez lui, l’étudiant est condamné à vivre au rythme des fantaisies que lui impose sa bruyante voisine, la cantatrice Béatrice-Louisa Becker. Soirées mondaines, visites érotiques et répétitions intempestives, tout y passe. Car Betty-Lou est une star parisienne, maîtresse de la superficialité. Mais s’il se cachait, au-delà des apparences, une histoire bien plus lugubre ?

7 : Freddy Stratton, de Lucille Cottin : Dans l’Angleterre des années 30, le banquier Freddy Stratton a un hobby : fouiner dans la vie des gens. Sa spécialité ? Leur trouver de complexes problèmes, qu’il s’efforce ensuite de résoudre.
Un soir de juin 1931, Stratton tombe sur Audric Morbay, lord de son état et coqueluche de ces dames. Jeune, riche et beau, Morbay a tout pour réussir. Stratton, lui, en est loin. Beau, il pourrait l’être s’il ne produisait pas cette grimace affreuse lorsqu’il sourit. Jeune, il ne l’est plus guère, convaincu d’avoir déjà un pied dans la tombe. Quant à la richesse ! Celle des autres est plus amusante. On est installé de manière plus confortable pour assister à leur ruine fatidique. Freddy est une bête noire, un Edgar Poe illuminé qui adore analyser les comptes de ses clients sans leur autorisation ! Et c’est bien ce qu’il compte faire, persuadé que l’héritage que vient de toucher Morbay soulèvera quelques jolis rats morts, ou débouchera sur une fin merveilleusement funeste.
Ce récit est suivi par deux novellas : Les Picasso et Les têtes coupées.

8 : Marcello, de Colin Vettier : Voici Marcello. À 45 ans, il a depuis longtemps troqué ses rêves contre un costume gris et un emploi de comptable.

Marcello est propriétaire d’une petite maison en banlieue qu’il partage avec sa femme et son fils Chick. Dans le garage, il a une Toyota Prius®, l’une de ces voitures hybrides qui ne polluent pas trop la planète. Et son frigo est plein de nourriture sans traitements dans des pots en plastiques qui ne se recyclent pas.

Chaque matin Marcello se réveille à 6 h 50 exactement. Ensuite, il se prépare et se rend à son travail.

Une routine parfaitement ronflante et monotone. Jusqu’au jour où son désir se prend dans l’engrenage, et vient faire dérailler cette mécanique si bien huilée…

9 : Tante Mag, de JF Kogan : Magali est la tante du narrateur du vide-sanitaire. Cette femme semble avoir, de prime abord, tout pour plaire : c’est une créature sublime.

Une créature, oui. C’est le mot. Car Mag ne fait pas franchement partie de notre monde. Sa tête est ailleurs. Perpétuellement absente, son activité favorite consiste à longer les murs. Elle est indifférente à la mort de sa dame de comapgnie, sauvagement assassinée (mais par qui ?), à son mariage, à ses enfants. Ce n’est pas de sa faute pourtant ! Mag est une sorte de coquille vide, un merveilleux coquillage.

Découvrez une biographie touchante et originale, portée par une plume peu ordinaire !

10 : Table rase du passé, d’Elodie Fonteneau : 1957. La Pétaudière. Un village dans le bocage. Tout se sait mais tout se tait. Des sourires en surface et du mépris sous le vernis. C’est dans ce microcosme que se joue le destin d’une jeune femme, de retour après dix années d’absence. Chapitre après chapitre, personnage après personnage, les passions se déchaînent autour de la protagoniste venue faire table rase du passé.

 

Laissez vous-aussi un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :