éditeur français, éditions l'arlésienne, ebook a telecharger, ebook download, ebook france, ebooks en français, l'arlésienne éditions, livres, livres numériques francophones, livres originaux, livres pour adultes dyslexiques, maison d'édition france

Interview de Stéphane Monnot : Tuez-les tous, maman reconnaîtra les siens !

tuez-les tous, lapins, canards, ebook nouvelle humour noir

Bonjour, Stéphane, et merci d’avoir accepté de répondre aux questions de l’Arlésienne ! Que raconte ta nouvelle Tuez-les tous ! (Maman reconnaîtra les siens) ?

Salut Lucille ! Elle raconte beaucoup de choses et pas grand-chose… paradoxalement… C’est l’histoire de plusieurs peuplades qui s’écharpent sous des prétextes vaguement religieux dans une réalité pourtant très pragmatique. Une histoire de gens guidés par l’envie et la jalousie, qui ne s’assument pas en tant que tels, et qui essayent pour le coup de se persuader de la noblesse de leurs quêtes. Une histoire très humaine et contemporaine en fin de compte.

À quelle occasion as-tu écrit ce récit ?

J’ai écrit Tuez Les Tous à l’automne 2015, juste après les attentats de Paris… en même temps que Fuck You La Mort ! qui traite un peu du même truc dans un autre style… d’où peut-être le côté pas forcément philanthropique de ces nouvelles. En même temps également qu’Ici-Bas, le bref roman illustré par Robert Żytyński qui vient de paraître chez Zinc éditions. J’aime bien passer de la conception d’un texte à un autre afin de désacraliser un peu le processus d’écriture qui est assez obsédant. Ça ressource, fait prendre du recul et ouvre de nouvelles voies… moins évidentes, moins éclairées.

Ta nouvelle s’inscrit dans un univers proche de celui développé par les Monty Pythons, drôle et décalé. Pourquoi ce choix ?

Et bien… disons que je suis complètement dingue de l’humour de ces types, que Life Of Brian est dans mon top 5 des meilleurs films de tous les temps et que j’avais envie de leur rendre un hommage humble et discret. Et puis, si j’avais une devise, ce serait sûrement : ne jamais se prendre au sérieux !

Ton récit épique, si je puis l’appeler ainsi, s’inspire-t-il d’un récit, d’une histoire ou d’un fait particulier réel ?

L’intrigue est ouvertement et complètement pompée sur L’Iliade… qui pour sa part… jumelée à L’Odyssée… est dans mon top 5 des meilleurs livres de tous les temps. J’aime l’universalité de ces récits. L’histoire et les motivations des ces hommes, sous couvert de peaux de bêtes, d’aventures et de rebondissements, est au final d’une banalité affligeante… les siècles défilent, les civilisations aussi et les hommes restent les mêmes pourritures… haha !

Par ce récit, qu’as-tu souhaité exprimer ? Ton récit a-t-il un message particulier ?

Et bah… une pensée gratuitement, naïvement, basiquement, assez rouge et libertaire qui pense que derrière toute propriété, d’une manière ou d’une autre, de près ou de loin, il y a un braquage propre ou figuré et que la religion n’est rien d’autre qu’un outil politique de manipulation des masses pour accéder à cette même propriété. Finalement, la frontière est ténue entre la possession et l’accaparation… L’Avoir se confond avec le Prendre… ça fait une chouette trame narrative je trouve !

Merci pour tes réponses ! On vous laisse découvrir le livre de Stéphane 😉

« Comment peut-on être assez con et dégénéré pour vénérer les lapins ? Les canards je veux bien… ça vole, ça flotte… ça reste sacrilège, mais bon… les lapins putain ! »
Depuis l’Iliade et l’Odyssée rien de particulier n’a été inventé. Un tyran pouilleux part en guerre pour remplir les caisses vides de la garenne stérile sur laquelle il règne. L’honneur souillé de son frère cocu et la religion lui servent de prétextes. Ainsi va la vie dans cette contrée où certains vénèrent le canard et le lapin alors que d’autres adorent Maman ! Avec « Tuez-les tous ! », Stéphane Monnot signe une nouvelle, clin d’oeil à Homère et aux Monty Python, aussi décalée qu’universelle.

Tuez-les tous, Maman reconnaîtra les siens ! Aujourd’hui, je prends la décision d’aller massacrer les cueilleurs de baies du clan Lanard. C’en est trop ! Qu’ils fassent fuir les grandes oreilles et les palmipèdes pendant mes chasses, passe encore, c’est de bonne guerre… mais que leur petit bâtard de puîné enlève la femme de mon frère… faut pas pousser. Personne n’est dupe, tout le monde sait qu’elle est partie de son plein gré, que mon frère pue de la gueule et que c’est un ivrogne, mais je suis seul maître à bord et l’Histoire ne retiendra que ce que je lui imposerai. Je suis l’Histoire !

 

 

Achat : bookeen, kobo, amazon, apple, google play / Lecture en ligne : Youscribe, Youboox / Extrait

Besoin d’aide ? Lecture gratuite avec Youbooxlecture par abonnementlecture sur PCapplicationsFoire aux questions

Stéphane Monnot auteur éditions l'arlésienne numérique ebooks nouvellesStéphane Monnot écrit des nouvelles plus ou moins longues, des chroniques musicales ou littéraires chez Benzine Mag, joue de la guitare dans divers endroits (Saint Léonard, The Barbershop, Soleil Cherche) et fait la fourmi dans le monde réel.

Cliquez ici pour découvrir sa bibliographie (et bien plus encore !)

 

Laissez vous-aussi un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.