Publicités
Les dernières niouzes

Massilia vs les Marmars, de Wictorien Allende (version bleue)

Ce récit est celui de Marseille passée au prisme de quelques hommes de la mer.
Un bateau, trois marins, une cité multimillénaire à l’horizon et la nuit qui anime rêves et passions au cœur de ce tableau. Car c’est dans les cœurs que se cache ce qu’il manque le plus à bord : l’amour.
L’amour de la vie, l’amour des livres ou celui d’une femme selon leurs visions respectives ? Selon les moments aussi. Et c’est d’ailleurs une femme, jeune, passionnée et invisible, autour de laquelle vont s’articuler les actes, gestes et pensées de nos marins…
Quelques heures de navigation donc, rien d’extraordinaire mais des heures qui prendront fin autour d’une conclusion aussi singulière que Marseille peut l’être parfois.
Massilia vs les Marmars est une novella bordée des récits modernes, une parenthèse qui s’appuie sur l’actualité autant que sur des rêves d’hommes. Parce que lorsque l’on mélange Méditerranée, voyages et littérature, pas besoin de creuser bien profond pour dénicher de l’humain avec de vrais morceaux à l’intérieur…

Une fois de plus, l’expression légèrement à l’ouest seyait à merveille au vieil italien. Car s’il avait entendu la question de César, cette dernière n’était toutefois pas pleinement arrivée jusqu’à sa conscience analytique. Une absence due en partie au spectacle de l’autre côté de la vitre. Là-bas, plein ouest, un gros paquet de nuages cendrés coupait en deux un soleil au flamboyant incroyable et se trouvait-là une vision dans laquelle le Capitaine percevait à peu près autant de contrastes et de dissonances qu’il y en avait dans son humeur du moment.

 

 

Achat : bookeen, kobo, amazon, apple, google play / Lecture en ligne : Youscribe, Youboox / Extrait

Ce titre est également disponible dans une version blanche
Besoin d’aide ? Lecture gratuite avec Youbooxlecture par abonnementlecture sur PCapplicationsFoire aux questions

Vingt ans que ça dure ! En région parisienne d’abord puis sous le bleu du ciel provençal, cela fait de longues années que Wic s’attache à passer aux yeux des siens pour un honnête père de famille alors qu’il emprunte un étrange pseudonyme pour mener en douce d’improbables projets d’écritures. Quelques flagrants écrits manifestes (romans, polar et formats courts) et plusieurs associations de bienf’auteurs garnissent à ce jour son casier littéraire.

Cliquez ici pour découvrir sa bibliographie (et bien plus encore !)

Laissez vous-aussi un commentaire !

%d blogueurs aiment cette page :