Publicités
Les dernières niouzes

Présentation de Colin Vettier, l’auteur de Marcello

Boris, je te déteste !

 

Quand, un jour de décembre, mon père a annoncé mon prénom à l’officier d’état civil d’une voix tremblante, il a articulé « Colin ».

Et merde…

Mes parents étaient fans de l’Écume des jours de Boris Vian. Moi, beaucoup moins : tu parles d’un prénom à la con !

C’est dur à porter et en plus ça attire le fer. De ce côté-là, j’ai été servi : élève assidu et attentif, affublé d’un prénom qui appelle à la blague piscicole et aux jeux de mots débiles, je me suis fait casser la gueule à la récré’ plus d’une fois. Pour couronner le tout, j’étais aussi impressionnant qu’un têtard anorexique ; inutile de préciser que je ne rendais pas les coups.

Puis au Lycée, ça s’est calmé. J’ai trouvé un début d’équilibre et un solide groupe de copines. Cela m’a permis de m’assumer et d’élargir mes horizons ; j’ai donc commencé à développer un goût pour l’Alternatif, tout particulièrement le cinéma d’horreur.

150103_autoportraitMon entrée à la fac n’a rien arrangé : vaguement metaleux, élève en droit à la fac catho’, j’ai creusé mon penchant pour le déviant, l’alternatif et le « pas pareil ». Dans une petite boutique de DVD pas loin de la fac, j’ai découvert Troma : l’esprit punk contestataire New Yorkais vomissait sur pellicule ; une révélation.

À force de regarder des films fait de bricolages plus ou moins malheureux et d’histoires parfaitement aberrantes, je me suis dit « pourquoi pas moi ? ». Voilà ce qui m’a donné envie d’écrire et de persévérer : des déjantés filmant des insultes au bon goût, une belle bande de tarés-et-fiers-de-l’être.

Au fil des années j’ai découvert Chuck Palahniuck, Max Barry et… Boris Vian. J’arrivais enfin à assumer mon prénom, il était donc temps d’affronter le responsable de tout ça.

Monsieur Vian, je vous pardonne !

Chez l’Arlésienne :

 

 

 

Autres publications :

Dr. Hyppolite & Mister Dark, in Bleu Nuit, Histoire d’une cinéphilie nocturne, sous la direction d’Éric Falardeau, Somme Toute, 29 septembre 2014
Limp Bizkit au Bataclan, Le Nœud Pap’ #5 (prix du jury « Parlez-vous musique »)
Le Classement X, de l’Art ou du Cochon, Sin’Art, juin 2014

Scénario :

2016

Dix Minutes : drame – court métrage de Thierry Sausse

 

2014

La Belle Gueule : drame – court métrage de Thierry Sausse – primé (Film noir Festival)

 

2012

Chimères : drame / fantastique – long métrage de Olivier Beguin – primé (divers prix)

Witch Bitch : comédie / horreur – court métrage de Thierry Paya

La messe est dite : comédie – court métrage

 

2011

Employé du mois : comédie – court métrage de Olivier Beguin – primé (divers prix)

Le Barbier de Memphis : comédie – court métrage de Thierry Paya

 

2010

Errange : drame – long métrage de Thierry Paya – pré production

36ème Sous-Sol : horreur – court métrage de Pierre-Henry Debiès – primé

 

2009

High / Low : drame – court métrage de Fabien Dubois – primé (divers prix)

Aime moi : drame – court métrage photographique de Chris Schu

Raymond : horreur – long métrage de Pierre-Louis Levacher – pré production

 

2008

Ouvert 24/7 : polar fantastique – long métrage de Thierry Paya – (http://lechatquifumedvd.com/en/home/30-ouvert-247.html)

 

2007

Jogging (idée originale) : drame fantastique – court métrage de Thierry Paya

Laissez vous-aussi un commentaire !

%d blogueurs aiment cette page :