Tout ce que le vieux fait est bien fait, de José Herbert

En des temps forts reculés, le père Aldelin est un pauvre bougre malmené par sa société. Par chance, sa femme le soutient malgré tous ses malheurs, et proclame à chacune de ses mésaventures que « Tout ce que le vieux fait est bien fait ».
S’en suit un pari avec les compères Barnabé, Herlemond et Grégoire. Le but ? Qu’Aldelin multiplie les galanteries et autres comiqueries. Chiche que sa vieille n’y trouve qu’à répondre son célèbre adage ! Le gain ? Un sac grand comme une bourse, et rempli d’écus d’or.
Mais attention ! Car dans ce pari, chacun y cherchera son intérêt, et que tel sera cocu celui qui croyait prendre !

Il était exigeant, le père Aldelin. Il se disait vieux, mais il ignorait sa date de naissance, son âge, il savait juste qu’icelui était grand, mais n’avait que peu de souvenances de ce temps où, muni de semelles de bois aux pieds, il glissait avec les gamins de sa rue sur les étangs gelés des alentours. Puis plus tard ce furent les dures années passées aux travaux des champs et de la ferme, dès le printemps, labours, semailles, récoltes, et, en hiver, au filage du lin et du chanvre dans les caves, boves froides et humides creusées à même l’argile jaune que l’on mêlait aussi à la paille sèche pour monter ensuite les murs de pisé des bâtiments.

 

Achat : bookeen, kobo, amazon, apple, google play / Lecture en ligne : Youscribe, Youboox / Extrait

Besoin d’aide ? Lecture gratuite avec Youbooxlecture par abonnementlecture sur PCapplicationsFoire aux questions

José Herbert fut directeur d’école et secrétaire de mairie dans une autre vie. A la retraite il se lance dans l’écriture et sort cinq romans aux éditions ATRIA, deux témoignages et trois romans tout à fait burlesques. Car José Herbert revendique l’étiquette « écrivain du loufoque », la loufoquerie étant un mélange subtil d’humour, de dérision, de cynisme, qui met en scène des personnages hors normes et des situations bouffonnes et déjantées. Ses romans pourtant sont calqués sur des situations réelles, pimentées d’une touche historique, notamment médiévale, puisqu’il fut jadis chercheur passionné en histoire locale.

Cliquez ici pour découvrir sa bibliographie (et bien plus encore !)

Laissez vous-aussi un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :