Publicités
Les dernières niouzes

Table rase du passé, d’Élodie Fonteneau

1957. La Pétaudière. Un village dans le bocage. Tout se sait mais tout se tait. Des sourires en surface et du mépris sous le vernis. C’est dans ce microcosme que se joue le destin d’une jeune femme, de retour après dix années d’absence. Chapitre après chapitre, personnage après personnage, les passions se déchaînent autour de la protagoniste venue faire table rase du passé.

Les nouvelles que je t’apporte après tant d’années de silence sont bien tristes, mon ange, mais tu n’as pas à t’inquiéter pour moi. Je ne souffre pas. Et je n’ai pas peur de la mort. Mon corps, usé jusqu’à la corde, l’attend avec impatience. Mon âme, quant à elle, l’attend avec résignation. Bien entendu, je ne quitte pas ce monde de gaîté de cœur. J’ai savouré tant d’instants de joie au cours de cette existence !

La joie d’avoir appris à lire et à écrire. Les mots m’ont toujours été d’un tel réconfort ! Ils élèvent l’âme, mon ange. Souviens-toi bien de cela.

La joie d’avoir épousé ton père : un homme bon derrière sa carapace aussi dure que la terre qu’il a cultivée ; aussi dure que cette vie de labeur à laquelle il était voué.

 

 

Achat : bookeen, kobo, amazon, apple, google play / Lecture en ligne : Youscribe, Youboox / Extrait

Besoin d’aide ? streaminglecture par abonnementlecture sur PCapplications FAQ

Dévoreuse de mots, je croque depuis toujours les histoires et les livres à pleines dents !

Jamais rassasiée, je comble depuis une dizaine d’années mes petites fringales à l’aide de l’écriture. Nouvelles et textes courts sont des amuse-gueules que j’ai plaisir à concocter et à partager, en particulier quand ils sont noirs et frétillant de passions féroces.

Ses livresArticles récents à son sujet

4 Comments on Table rase du passé, d’Élodie Fonteneau

  1. J’ai adoré Table rase du passé…
    Les personnages ont juste ce qu’il faut de loufoque pour être attachant, les conventions sociales des petits villages de campagne sont bien respectées et décrites avec une belle pointe de cynisme et les changements réguliers dans la narration rythment et tiennent en haleine.

  2. Une nouvelle que l’on dévore. Je n’ai pas pu m’arrêter ! Difficile d’en dire plus sans dévoiler la fin à laquelle on ne peut pas s’attendre !
    Cette nouvelle ne peut pas vous laisser indifférent et elle vous hante pendant longtemps. Lisez vite !

  3. Table rase du passé est un récit très original car chaque chapitre est raconté par un personnage différent. L’incipit est une lettre d’une mère à sa fille : étant sur son lit de mort, elle la supplie de pardonner à son père de l’avoir jetée dehors (la jeune fille attendait un enfant hors mariage). Celle-ci, suivant les dernières volontés de sa mère, retourne dans son village d’enfance.

    Si la jeune fille est le personnage principal, l’originalité du récit repose sur la multiplicité des points de vue : la mère, l’amie, le père, la commère du village, la bonne sœur, l’amant, le curé… Le point de vue de l’héroïne n’arrive qu’à la toute fin du récit. Cette nouvelle fait penser à une pièce de théâtre où chacun des personnages aurait la parole.

    L’autrice retranscrit à merveille l’ambiance d’un village d’antan où les préjugés sont tenaces et où les ragots voyagent à la vitesse de la lumière. Elle se glisse à merveille dans la peau de ses personnages, alternant les personnalités et les niveaux de langage.

    Cette nouvelle est pour moi un véritable coup de cœur : bouleversante et drôle, elle maintient le suspense et nous offre des rebondissements et un dénouement en apothéose. Plus important encore, elle pose une question très importante : peut-on véritablement pardonner ?

  4. Ce roman est l’histoire d’une vengeance admirablement et diaboliquement menée. Tous les personnages , la mère, le père, la bigotte, le curé, l’ancien amoureux, la boulangère et Ginette la prostituée bonne samaritaine, racontent l’histoire de cette fille-mère jetée à la rue et humiliée. Son retour au village avec son fils délie les langues de vipère qui vomissent rancœurs, rancune et jalousie. Quelle sera l attitude de l’héroïne ?

    Ce très joli texte est rondement écrit avec quelques touches d’humour cynique. Le choix de l’auteur d’entrecroiser les pans du récit et les narrateurs est très judicieux et bien adapté à l’histoire. La mentalité de la France conservatrice est là, avec tous les détails de la vie d’un village.

Laissez vous-aussi un commentaire !

%d blogueurs aiment cette page :