Publicités
Les dernières niouzes

Asphalte et Blanches baskets, de Jennifer Simoes

Habitation à Loyer Modéré : rêve des années 70 ; comme la paix dans le monde, le sexe libre et le pouvoir des fleurs. N’intéresse plus personne ; est relégué à la marge.
C’est la vie de Carmen : entre lino et panneaux de fibres vernies.
Quand elle quitte son appartement, elle retrouve les mêmes odeurs, la même absence de signifiant, dans les locaux du groupe transnational qu’elle est chargée de dépoussiérer.
Ce n’est pas l’idéal – pas la moitié d’un rêve – mais c’est ce qu’elle a trouvé de moins contraignant dans la vie.
On ne lui demande pas son avis, on ne la sollicite pas.
Elle peut se contenter, d’où elle est, de regarder le monde s’effondrer.
Et tant pis si ses muscles se délitent, si la javel raidit ses vêtements, si ses mains sont aussi rugueuses que celles d’un travailleur détaché.
Ça les rend fous, les gens qui la connaissent ! Rim surtout, la seule amie qui soit restée et qui témoigne de son âge d’or – de sa gloire d’étudiante passée. Elle voudrait la voir sortir, s’ouvrir, chercher un emploi à sa mesure… 30 ans, c’est le moment ou jamais pour commencer une carrière ! Pourquoi se gâcher ? Pour quelle raison sensée refuser une place offerte dans ce monde ?
Elle aimerait aussi que Carmen quitte cet homme qui la maltraite depuis des années déjà…
Mais l’espoir a déjà tellement déçu… Est-il possible de croire à nouveau ?

 

Achat : bookeen, kobo, amazon, apple, google play / Lecture en ligne : Youscribe, Youboox / Extrait

Besoin d’aide ? Lecture gratuite avec Youbooxlecture par abonnementlecture sur PCapplicationsFoire aux questions

J’étouffe dans un bureau, prends des sueurs froides contre la machine à café, ne sait pas me servir d’Excel… Et non merci je ne veux pas apprendre ! Je ne sais pas chanter, ni danser. Je ne joue d’aucun instrument car je n’en saisis pas le langage et pourtant je les aime ! Je parle plusieurs langues mais je suis incapable de traduire un texte sans me l’approprier, l’interpréter et créer tout un monde autour des quelques mots qu’on me demande de dénaturaliser.

Bref, c’est donc en toute logique et parce que je n’étais adaptée à rien – ou devrais-je dire à tout – qu’après des études de langues et de journalisme je me tourne vers la littérature. Parce que la vie ne suffit pas, comme l’a dit Pessoa, et qu’il me faut d’autres mondes, d’autres lieux, un univers infini, pour dessiner des vies parallèles ! »

Cliquez ici pour découvrir sa bibliographie (et bien plus encore !)

5 Comments on Asphalte et Blanches baskets, de Jennifer Simoes

  1. « Les gens savent ce qu’ils sont. Ils savent ce qu’ils valent. C’est peut-être ce qui les rend si méchants. »

    La vie de Carmen est au bord de l’implosion: après avoir arrêté ses études, elle souffre au quotidien dans une entreprise en pleine asphyxie et rend visite à une mère dépressive suite au départ de son mari. Lorsqu’elle rentre chez elle, elle subit l’alcoolisme et les coups de son compagnon. Entraîné dans une spirale infernale, elle perpétue la douleur en se mutilant.

    Lors d’un spectacle où sa meilleure amie la tire de force, elle est fortement attirée par un acrobate qui représente la liberté qui l’attire tant. Peut-elle se soustraire à cette vie de misère et de désillusions?

    Jennifer Simoes signe une œuvre prenante et parlante qui pique la curiosité et qui explique la souffrance. Au travers d’une quête de sens, l’autrice rédige une ode à l’espoir, à la tolérance et à la justice au travers d’une écriture sans faux-semblants et accompagnée de thèmes forts. A travers les yeux d’un narrateur omniscient, elle maîtrise l’art du suspens et des rebondissements et nous fait quelque peu souffrir avec des omissions savamment orchestrées.

  2. Torturées, mais sensuelles, audacieuses et rêveuses: une ballade dans le coeur des femmes :

    J’aime ces portraits de femmes rebelles, qui ne mènent pas une vie facile. Leurs rêves sont très souvent les plus beaux et les plus intenses. Bravo !

  3. Un roman génial. Il est rare et difficile de dépeindre avec autant de justesse notre société, sans exagération, sans jugement moral. On est embarqué dans ce tourbillon, cette invitation à la réflexion sur le sens de nos propres vies. Et cette envie d’autre chose, cet espoir niché au fond de chacun de nous, certains voudraient l’ étouffer, l’auteur le fait triompher.

  4. C’est vraiment un super roman. On se retrouve dans les personnages. L’histoire est très actuelle. Je le conseille vivement à ceux qui cherchent de la littérature avec du sens.

  5. Lu en 2 jours, une histoire prenante,où chacun se retrouve!
    Une envie de liberté, aller au bout de ses rêves, la réalité d’un monde imparfait…. autant d’aspects qui font de ce livre une pépite d’authenticité et de beauté . A lire absolument .

Laissez vous-aussi un commentaire !

%d blogueurs aiment cette page :