éditeur français, éditions l'arlésienne, ebook a telecharger, ebook download, ebook france, ebooks en français, l'arlésienne éditions, livres, livres numériques francophones, livres originaux, livres pour adultes dyslexiques, maison d'édition france

Mémoire de l’au-delà, de Christian Lazo (Extrait en ligne)

« Je suis morte il y a environ trois mois. Je me souviens vaguement d’un accident, mais j’ai du mal à m’en rappeler la nature. En réalité, je n’ai que faire de la façon dont j’ai quitté votre monde. Je suis à présent Moi et pleinement Moi. Il suffit d’un instant pour basculer d’une dimension à l’autre, mais c’est toute une réalité, une histoire qui ressurgit. Je suis enfin revenue à la source de mon être, baignée de la Mémoire présente. C’est cette Mémoire qui vous fait savoir que vous êtes de retour. La chaleur et l’Amour vous enveloppent, votre identité s’efface et vous devenez plus léger.
Voici donc ce qui pour vous sera un récit, mais pour moi une simple pensée déposée dans l’air. Vous la capterez peut-être, alors que vous contemplerez la mer ou que vous méditerez sur la complexité pourtant simple du cosmos. »
Avec Mémoire de l’Au-delà, Christian Lazo mène une nouvelle fois son lecteur sur les chemins de la philosophie, pour l’attirer jusqu’aux profondeurs de l’âme.

Je suis morte il y a environ trois mois. Je me souviens vaguement d’un accident, mais j’ai du mal à m’en rappeler la nature. En réalité, je n’ai que faire de la façon dont j’ai quitté votre monde. Je suis à présent Moi et pleinement Moi. Il suffit d’un instant pour basculer d’une dimension à l’autre, mais c’est toute une réalité, une histoire qui ressurgit. Je suis enfin revenue à la source de mon être, baignée de la Mémoire présente. C’est cette Mémoire qui vous fait savoir que vous êtes de retour. La chaleur et l’Amour vous enveloppent, votre identité s’efface et vous devenez plus léger.

Là où le souvenir n’a plus sa place est la Mémoire, dans son sens le plus profond et le plus inconscient. Les Êtres qui la constituent la définissent sans en avoir conscience. Peu importe, après tout, que l’on soit la partie d’une Mémoire, quand notre existence n’a d’autre but que de la dépasser.

Voici donc ce qui pour vous sera un récit, mais pour moi une simple pensée déposée dans l’air. Vous la capterez peut-être, alors que vous contemplerez la mer ou que vous méditerez sur la complexité pourtant simple du cosmos.

À la sortie du tunnel, mon ange gardien me déclara : « Bienvenue, je vous ai accompagnée durant toute votre vie, désormais il ne tient qu’à vous de choisir ce que vous allez devenir. Je vous laisse cette clef qui pourra vous être utile. En attendant de vous revoir, je vous laisse aux bons soins du cosmos ». Là-dessus, il disparut purement et simplement, tandis que je restai béate dans un océan de bonheur, sans vraiment comprendre ce qu’il venait de me dire. Soudain, je sentis quelque chose qui me tirait le pied. Abaissant le regard, je m’aperçus qu’un énorme boulet était suspendu à mon pied. Intriguée, j’essayai de remonter ma jambe, en vain. Pris d’un accès de panique, je m’agitai frénétiquement, sans parvenir à ébranler le boulet d’un millimètre. Au contraire, plus je bougeais, plus j’avais l’impression que le boulet m’attirait vers le bas. Je dis bien « j’avais l’impression » puisque je ne suis pas sûre que l’on puisse parler de haut ou de bas dans l’espace où j’étais. Bref, je gigotais désespérément, à la fois effrayée et émerveillée de ce qui m’arrivait.

Enfin je m’arrêtai, le sens de tout ceci m’échappait. Étais-je réellement morte ou rêvais-je seulement ? Non, j’avais rencontré mon ange gardien. J’étais bien morte, il n’y avait pas de doute là-dessus. Que devais-je faire en ce cas ? Étais-je condamnée à rester accrochée à ce boulet pour l’éternité ? Était-ce ceci, l’enfer ? Soudain, je pris conscience que ma main tenait un objet : la clef que m’avait donnée mon ange gardien. Elle devait servir à me libérer. Regardant ma cheville, je ne vis rien qui ressemblait à une serrure. J’entrepris donc de grimper le long de ma chaîne afin d’atteindre mon boulet. J’en fis le tour, mais celui-ci était aussi lisse qu’immuable.

Je me laissai glisser le long de la chaîne et je fermai les yeux afin de réfléchir. Que faire ? J’étais suspendue à un boulet dans une dimension inconnue, munie d’une clef qui ne me servait à rien. N’y avait-il personne pour m’aider ? Habituellement, dans les histoires il y avait toujours un vieux sage chargé de guider le héros dans son aventure.

« Bonjour jeune fille, vous avez pensé à moi, me voici. Que puis-je pour vous ? » J’ouvris brusquement les yeux. Devant moi se tenait un parfait inconnu à la barbe broussailleuse. Il avait au moins une dizaine de bras qui portaient des documents ou écrivaient sur des registres posés sur un bureau gigantesque. Ceux-ci formaient des piles si grandes que je n’en apercevais pas le sommet. D’autres piles identiques occupaient tout l’espace autour du bureau, puis au-delà je distinguai des rayonnages qui s’étendaient à perte de vue. Effarée, je fixai mon interlocuteur. Mes yeux hésitaient entre ses membres qui gigotaient dans tous les sens d’un livre à l’autre et son regard perçant. « Bah alors, elle a perdu sa langue la nouvelle ? Que voulez-vous ?

 

Achat : bookeen, kobo, amazon, apple, google play / Lecture en ligne : Youscribe, Youboox

Besoin d’aide ? Lecture gratuite avec Youbooxlecture par abonnementlecture sur PCapplicationsFoire aux questions

La personnalité de Christian Lazo se situe à mi-chemin entre Socrate et Pélinor, le père de Perceval (pour ceux qui ne connaissent pas, visionnez le Livre VI de Kaamelott, notamment le passage où il explique qu’il n’est parvenu à déglutir qu’à l’âge de 31 ans et que les mots comme « zizette » le font toujours rire).
Attiré par la poésie, la sagesse orientale et les Mystères de l’humanité, il n’en reste pas moins capable de réciter des dialogues entiers de Kaamelott et est un profond admirateur de Terry Pratchett.

Cliquez ici pour découvrir sa bibliographie (et bien plus encore !)

1 Comment

  1. Book Addict (Chroniqueuse pour l'Arlésienne)

    Que se passe-t-il lorsque l’on meurt ? Y a-t-il un après ? En quoi consiste t-il? La nouvelle de Christian Lazo répond à toutes ces questions au travers d’une femme, récemment décédée et alourdie d’un poids qu’elle va chercher à alléger, grâce à des réflexions sur la vie : celles-ci sont justes et font écho en chacun de nous.

    L’écriture, de grande qualité, nous transporte dans un monde poétique rempli d’allégories.

    Si la nouvelle fait réfléchir, elle donne des pointes d’humour très appréciées.

    Découvrez vite cette nouvelle plus qu’originale !

Laissez vous-aussi un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.