Publicités
Les dernières niouzes

La corde, de Jo Mével

Les déchirures d’un couple. Depuis qu’elle a tenté de mettre fin à ses jours, un an plus tôt, plus rien ne va. Traumatisé par ce geste qu’il ne parvient pas à comprendre, il ne cesse de ressasser ce sombre évènement de leur vie. Ses pensées en deviennent obsessionnelles.
« Dis, comment on fait un nœud coulant ? »
« Tu me montres ?… »
Comment surmonter la souffrance, la rancœur et la culpabilité ? Douloureuse question. En peu de pages, Jo Mével nous livre une nouvelle à la profondeur psychologique admirable. Lisez vite ce récit hurlant de vérité !

Novembre. Le mois de la tristesse. De l’extinction. Cette année-là, les feuilles s’étaient empressées de tomber, sûrement mues par la crainte des grands froids qui allaient suivre. Inexorablement, une à une. Ou par colonies entières sous les rafales. Le triste manège décharnait les souvenirs de la belle saison. Froidement, sans état d’âme. Le vent fou, que la nuit avait soudainement dopé, balayait la rue, soufflant, tournoyant et roulant papiers et feuilles racornies pour les entasser sans ménagement dans les recoins poussiéreux. Accoudé à la fenêtre de la cuisine, il regardait sans voir, laissant courir ses pensées.

 

Achat : / Lecture en ligne : / Extrait :

Besoin d’aide ? streaminglecture par abonnementlecture sur PCapplications FAQ

Un petit coin paisible, un rien de quelque chose dans l’atmosphère, une soudaine fougue créatrice… Et les mots cheminent, dansent ou crient, chantent, se tordent… Puis, quelque part, au creux de l’égo, une chaude satisfaction. Enfin j’existe !

Ses livresArticles récents à son sujet

3 Comments on La corde, de Jo Mével

  1. Une complainte violente et déchirante s’élève des phrases ciselées et poétiques. Comment se battre, quelles armes utiliser contre le sauvage désir d’auto-destruction d’un être cher? Que devait-on faire, que n’a-t-on point fait pour empêcher l’inéluctable tragédie et ce goût amer que Mével manie avec brio un suspense déchirant.

  2. Dans cette histoire courte, Jo Mével nous raconte la dépression et ses conséquences sur la personne qui en souffre, mais également sur son entourage.

    Une histoire très prenante qui nous montre que les conséquences sur l’entourage d’une personne dépressive peut être d’une telle ampleur que cela les détruit.

    Jo Mével a trouvé des mots qui donnent encore plus d’impact sur ce récit. En lisant ces quelques pages, je me suis surprise à avoir la boule au ventre au moment où j’ai terminé ma lecture.

    Une fin qui a su me surprendre car je m’attendais à une toute autre chute, mais celle proposée par l’auteur est à vous retourner encore plus que celle que moi-même j’imaginais.

  3. La corde est le récit d’un couple ordinaire : ils sont mariés et ils ont des enfants. Mais leur vie quotidienne est troublée par le mal de vivre de la femme.

    Le récit est porté par une écriture de qualité : les mots choisis avec soin servent un rythme agréable et énergique qui contraste avec l’apathie des personnages. Elle rappelle les plus grands du genre.

    Les thèmes sont diversifiés: la dépression et ses manifestations, la réaction de l’entourage, les transferts..
    Cette œuvre est marquée par un mari désemparé face au comportement de sa femme au point de devenir complice de son malheur.

    Découvrez une œuvre où la paranoïa et le doute atteignent leur paroxysme et où la fin que n’est pas forcément telle qu’on l’imagine. Méfiez-vous des évidences…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :