Publicités
Les dernières niouzes

Victoria, de Jimi B. Watson (Extrait en ligne)

M. Newton, M. Turner et M. Holmes découvrent le cadavre de la jeune Victoria dans la chambre qu’elle occupait. Mais qui a pu commettre un crime aussi atroce ? D’après le détective Cornélius Thomas O’Connor, il se pourrait bien que la piste soit… surnaturelle !
Et si les vampires étaient de retour dans nos contrées ?

Le corps gisait là, étendu de tout son long, sur le sol froid de la chambre faiblement éclairée par les premiers reflets de l’aube hivernale. La vingtaine, plutôt jolie et vêtue d’une robe de soirée très serrée, ses formes gracieuses étaient parfaitement embrassées par le satin écarlate ; ce même écarlate dont ses lèvres pulpeuses étaient fardées. Ses yeux étaient grands ouverts, figés dans une horreur absolue, mais dénués de vie. Trois silhouettes l’observaient, silencieuses, l’air grave. Il s’agissait de M. Holmes, M. Newton et M. Turner, trois vieux amis vivant en plein cœur de Londres. Ils relevèrent la tête lorsqu’un jeune homme arriva en trombe, vêtu d’une redingote et d’un chapeau haut de forme. Sa cape claqua lorsqu’il l’ôta de ses épaules et la jeta nonchalamment à un des hommes présents. Des favoris recouvraient ses joues creuses ; terminés par une barbe parfaitement coupée, ils lui donnaient une élégance presque surnaturelle. Il posa un genou au sol, au niveau de la taille de la jeune femme, et resta songeur pendant de longues secondes. M. Holmes voulu briser le silence, mais il n’eût pas le temps d’ouvrir la bouche qu’il fut interrompu d’un mouvement de bras. Le haut-de-forme était tendu vers lui, et il n’eut d’autre alternative que d’accepter la requête et de faire profil bas. Le jeune homme se retourna, puis son visage se fendit d’un large sourire.

— Messieurs, bonjour, je me présente : Cornélius Thomas O’Connor, détective privé.

— Heureux de vous rencontrer, monsieur, dit M. Turner en tendant une main amicale, soulagé que la glace se brise enfin.

Mais la réaction du détective fut aux antipodes de ses attentes. Il regarda la main calleuse du vieil homme avec une expression de dégoût ; puis il leur tourna brusquement le dos, observant à nouveau le corps sans vie.

— Je pose les questions, vous répondez. C’est bien compris ?

 

 

Achat :

Lecture en ligne : Youscribe


J’écris depuis mon plus jeune âge et participe à de nombreux concours partout en France, sous le pseudonyme « Jimi B. Watson ». J’ai créé un site internet sur lequel j’ai publié quelques-unes de mes nouvelles. Je suis un grand admirateur de l’œuvre de J.R.R. Tolkien, qui est une grande source d’inspiration pour mes écrits. La science-fiction est aussi un genre que j’apprécie beaucoup car il permet de porter un regard critique sur les déviances de notre monde actuel, que je m’attache à combattre, armé de ma plume.

A lire également sur l'Arlésienne :

3 Comments on Victoria, de Jimi B. Watson (Extrait en ligne)

  1. Merci à L’Arlésienne pour ce service presse et pour sa confiance <3

    La plume de l’auteur est toujours aussi fluide et délicate. Les décors sont d’un temps passé avec des vêtements de l’époque (hauts de forme…), qui nous plonge dans une histoire de cadavre de femme découvert au petit matin avec des traces suspectes au niveau du cou.

    L’enquête des quatre hommes se profile et ne laisse absolument pas prévoir une fin pareille ! En effet, connaissant une nouvelle du même auteur, il nous laisse toujours nous imprégner de son monde pour nous faire atterrir brutalement dans sa réalité 😉 J’adore !

    Petit bémol pour moi : elle se finit trop vite à mon goût. Je pense qu’une pareille énigme aurait pu faire un bon livre.

    Note : 5/5

  2. Avec un texte court, Jimi nous embarque dans son univers dont nous avons des difficultés à nous détacher le moment venu.
    Une jeune femme retrouvée morte qui porte des traces étranges autour du cou, un détective pas chaleureux du tout, trois amis à interroger.
    Il faut éclaircir se meurtre qui n’a pas l’air tout à fait « normal » si on peut dire qu’un meurtre peut l’être.
    Une histoire qui se lit assez vite et que j’imaginerais bien être le début d’un roman ou son prologue. Elle a vraiment le potentiel pour.
    Avec cette nouvelle, je fais connaissance avec la plume de Jimi, une plume dont je vais suivre les prochaines parutions avec plaisir.

  3. Victoria est une nouvelle qui nous plonge dès le début dans l’intrigue: l’enquête sur la mort d’une jeune femme qui porte plusieurs marques étranges au cou.
    Trois amis sont interrogés par un détective mystérieux et au caractère peu chaleureux. Les personnages sont très intéressants et auraient pu facilement être développés dans un roman.
    Les quatre hommes tentent donc de reconstituer les derniers moments de la défunte et énumèrent les suspects possibles.
    C’est une nouvelle qui mélange le genre policier et le genre fantastique et qui est particulièrement prenante. L’on a qu’un seul regret: qu’elle se termine si vite.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :