Publicités
Les dernières niouzes

Traqué, de Ludovic Esmes (Extrait en ligne)

Perdu au milieu de nulle part, Thomas a comme but d’atteindre la montagne. Pour y trouver quoi ? Persécuté dans ses pensées et traqué comme un criminel par une horde de sauvages munies de fourche et de torches enflammées, il devra faire preuve de courage et de maîtrise de soi. Jusqu’où portera la folie humaine ? Plongez dans un thriller psychologique où la fin n’est pas une solution en soi.

Ils sont nombreux, ceux qui en veulent à ma peau. Il y a un avis de recherche contre moi et je ne sais pas pourquoi. J’ai pris refuge dans un cabanon, non loin d’une route jadis pratiquée par des chevaux de labour. Le village est proche, mais il ne représente pas un lieu sûr pour ma sécurité. La nuit est vite tombée. Où vais-je me rendre demain ? Dans quelle direction ? Cette cavale n’aura-t-elle pas de fin ? J’observe par la fenêtre les alentours à la recherche d’une prochaine destination. Les étoiles scintillent sur cet immense tapis bleuté. Immense ? Infini, oui ! Où en sont le début et la fin ?

C’est un peu comme mon histoire. J’ai envie d’aller les rejoindre, ces belles étoiles. Juste pour voir de là-haut où se trouvent mes poursuivants armés de fourches et de torches enflammées. Il est beau, mon pays ! Un pays dans lequel nous n’avons pas le droit de penser et de nous exprimer. J’avoue, j’ai parfois des idées légèrement décalées, mais au point de vouloir me tuer, j’en doute ! Sur le sol crasseux se trouvent une couverture de fortune ainsi qu’un coussin à moitié déchiqueté par des rats. Des rats ! Ce sont peut-être mes seuls amis en cet instant. Je ne vais pas m’apitoyer sur mon sort ni broyer du noir. Je suis libre ! Et c’est le plus important. Si seulement j’avais les idées un peu plus claires. Je suis exténué. La nuit porte conseil. En tout cas, c’est ce que les gens aiment dire. Je vais me reposer recroquevillé dans un coin de ce cabanon pourri en attendant que le jour se lève. Je garderai toujours un œil ouvert, je ne suis pas fou !

Un rayon de soleil me réchauffe le visage en traversant un petit carreau de la fenêtre. Je me réveille en colère. Pauvre de moi ! Je me suis endormi. Énervé par mon manque de discipline, je me cogne la tête contre le sol en hurlant à plusieurs reprises :

— Tu ne dois pas t’endormir. C’est une question de vie ou de mort. Jamais ! Tu m’entends ?

J’essuie du revers de la main la traînée de sang qui coule le long de mon visage. Cela m’apprendra à faire n’importe quoi. Je sors du cabanon en prenant soin de vérifier s’il n’y a personne aux alentours. Je poursuis ma route à travers les champs en direction de la montagne. Ce sera mon vrai espace de liberté. Les brindilles d’herbe caressent la paume de mes mains. Avec un sourire béat, je lève la tête et regarde vers le soleil. Il brille à plein régime, me donnant ainsi une sensation d’épanouissement et d’allégresse.

— Toi, tu ne me pourchasses pas, au moins, dis-je en tendant mes bras vers lui.

Je suis conscient que je ne pourrai jamais le toucher ni l’atteindre. J’ai toujours aimé le soleil depuis mon enfance. Je me souviens, lorsque je travaillais dans la ferme de mes parents, il m’arrivait de m’arrêter un instant afin de le contempler. Ce qui n’était pas du tout du goût de mon père, ce tyran, qui ne voyait qu’une baisse de productivité durant ma courte pause.

— Tu fais grève ? disait-il en me flanquant sa main en plein visage.

(…)

 

 

Achat :

Lecture en ligne :


La nouvelle peut-être bonne… ou mauvaise. Un coup de téléphone, un sursaut, une hésitation, un choix, un abandon, une trahison…

Tout cela vous fera voyager dans un tourbillon rempli d’émotions. Naviguez dans cet univers dans lequel vous vous poserez la question : mais que sont-ils devenus ? Alors, ne perdez surtout pas le contrôle et sans détour parcourez mes écrits. Mais attention, il y aura un jour où cela risquera d’être votre tour…

Je suis marié et père d’une petite fille. Je suis né en 1979 et réside en Belgique…

Related posts:

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :