Posts récents

Un domestique, de Jonathan Itier

Le verdict concernant la mort des Ericson est tombé : c’est leur fille, Hélène, qui a sauvagement assassiné ses parents avant de mettre le feu au domaine familial. Du moins, c’est ce que raconte la version officielle… Et si la mort des Ericson était bien plus lugubre que ce que l’on croyait ?

Un domestique est la première nouvelle de Jonathan Itier. Elle rencontre un succès foudroyant, puisqu’elle s’est déjà vendue à plus de 1300 exemplaires.

Tags : Domestique, famille aisée, meurtres, drame familial, individu suspect, messe noir, aveux criminels, confession

final-domestique2

Un domestique, de Jonathan Itier
Publiée le 23 juillet 2015
Nouvelle – 19 pages, 0,99 €
EPUB sans DRM / PDF (compatible tous supports)
ISBN / EAN : 9791094896204
Voir l’extrait

L’acheter sur 7switch*, Apple (Itunes)Kobostore*, Amazon (Kindle), Google playBookeen*

Temps de lecture estimé : 21 minutes

*Version accessible au public dyslexique

(Les critiques de cette nouvelle se situent en bas de l’article, dans l’espace réservé aux commentaires).

6 Comments on Un domestique, de Jonathan Itier

  1. Impressionnant par la qualité de l’écriture, une construction parfaite qui nous renvoie à la littérature du XIXeme, une interrogation teintée d’ironie sur les rapports entre le maître et le domestique. J’ai passé un très bon moment et je vous invite à en faire autant.

    J'aime

  2. Croyez-vous bien sérieusement que Dieu existe, Monsieur le domestique ?

    Il y a des voix qui résonnent en vous et vous bousculent. Celle-ci vous replonge en prime dans de vieilles histoires, mais le titre vous en avait avertis.

    Cette nouvelle a eu un gros succès, apparemment et j’ai voulu la lire, par curiosité. J’ai bien fait et je vous conseille d’en faire autant, si vous aimez les textes bien écrits. Et si vous appréciez ces récits dans lesquels la tension prend son temps, s’installant peu à peu au milieu des heures tranquilles, s’insinuant à l’intérieur des murs. Ces récits dans lesquels vous savez que les choses vont très mal finir.

    Nous sommes en 1876 et c’est un meurtrier qui parle. Il est domestique dans l’âme, au sens premier du terme : il est le gardien de la maison et la maison n’a qu’à bien se tenir. Il est amoureux de la bourgeoisie qui l’emploie et de ses valeurs et il court avec deux R (mais tout le monde fait ça aujourd’hui).

    Il nous raconte son crime à la façon d’un Barbey d’Aurevilly, avec la même ironie sous-jacente : qui est le vrai coupable, l’assassin ou la victime ? Voilà la question que nous pose le narrateur, qui s’adresse à nous comme si nous étions à même de le comprendre et de nous hisser jusqu’aux valeurs morales désuètes qu’il défend, et qui ont fait de lui un meurtrier.

    La nouvelle commence dans une atmosphère feutrée et se finit dans un vrai carnage. Entre-temps, il y a eu un mauvais rêve en sous-sol. C’est noir, c’est oppressant, c’est de la littérature –vous savez, cet univers si particulier et aujourd’hui un peu méconnu, où le maître se doit d’être à la hauteur de son serviteur. Où les phrases s’allongent sur la page et nous font cette petite musique si attirante et si dangereuse –parce qu’elle résonne au-dessus des crimes.

    J’adore personnellement cette musique-là. Et j’aurai une question à poser à l’auteur :

    Croyez-vous bien sérieusement que le bonheur existe, Monsieur l’Ecrivain ?

    J'aime

  3. Le style est, je trouve, magnifique. Riche, fluide, très agréable. Il arrive aussi à créer toute une ambiance assez lugubre et noire autour de cette histoire, loin d’être banale. Un style qui est empreint de mystère, qui ne donne qu’une seule envie : lire la suite.

    L’intrigue est très sympathique, même si ce n’est peut être pas le mot le plus adapté. Pour une fois, on sort un peu des terrains connus. Une personne est accusé, et nous avons la version du vrai coupable, nous avons la vérité. J’ai trouvé le concept absolument génial et très prenant.

    L’histoire est noire. On ne suit pas l’histoire à travers les yeux de quelqu’un, mais c’est un personnage qui nous raconte l’histoire, sous la forme d’un aveux poignant et qui sort de l’ordinaire.

    Il y a très peu de personnages, mais le peu qu’il y a sont très distinctifs.
    Le domestique, dont on ignore le nom, est celui qui nous narre l’histoire. Paradoxalement, ce n’est pas le personnage que l’on connait le mieux, alors que c’est lui le personnage principal, en quelque sorte. Il nous apparaît comme quelqu’un de déterminé.
    Hélène, elle, apparaît rarement, mais on en a l’image d’une jeune femme inocente et sensible.
    Il n’y a que le père de cette dernière que l’on connait le plus. Froid, et facilement influençable, c’est lui qui cause la perte de sa famille.

    Malgré un style très agréable, il arrive que certains passages soient un peu flous, et que les divagations du domestique prennent le pas sur le l’histoire. Moralité, on a parfois du mal à savoir où on en est (mais cela reste très léger et sur une ou deux scènes gros maximum). Autre défaut : il est beaucoup trop court à mon goût ! Je ressors assez frustrée de cette lecture… J’en aurais bien voulu un peu plus. Pouvoir rester dans le monde et me laisser bercer par la plume de Jonathan Itier un peu plus longtemps.

    Citations :
    Par la confession, cette lettre n’a d’autre but que de libérer son auteur d’un secret qu’il estime aussi criminel que tous les meurtres de la terre.
    Le montant d’une solde reflète moins la considération d’un travail que la philosophie de celui qui la délivre.
    L’argent n’est pas matière inerte, passive, qui s’interpose entre un achat et une vente. Il est hanté par celui qui le détient, et il finit par posséder celui l’obtient.
    Seul l’argent nous demeure à tous, comme une malédiction des temps très anciens, frappant la naissance de chaque être comme un destin obscur.
    Ma note : 15,5/20
    Scénario – 3/4.
    Ecriture/Style – 3.75/4
    Potentiel d’addiction – 3/3
    Personnage – 1.5/2
    Emotions – 1/2
    Originalité/Créativité – 1.5/2
    Suspens – 1.5/1.5
    Humour – 0.25/1.5​

    J'aime

  4. Cette courte nouvelle est en fait la confession du domestique de Monsieur et Madame Ericson et de leur fille Hélène.
    Ce domestique nous raconte quel crime il a commis et le plus important la raison qui l’a poussé à le faire.
    Sa confession nous montre comment un homme peut facilement se perdre mais surtout se faire envoûter et commettre par la suite des actes abominables.
    Nous sommes au 19eme siècle, le narrateur nous détail son quotidien assez tranquille en tant que domestique dans une maison bourgeoise, puis les changements auxquels ils va assister jusqu’à ce fameux soir où il va devoir faire un choix….(Nous avons droit à le description d’une scène horrible et personnellement je ne peux que saluer le geste de cet homme!!!).
    Cette nouvelle est très bien écrite, bien construite. L’écriture est posée, soutenue et donne et représente bien la manière dont un domestique s’exprimait au 19eme siècle. Certes cette nouvelle est courte mais se suffit à elle même, elle est complète et je ne suis pas restée sur ma faim.

    Ma note : 5/5

    J'aime

  5. René fut longtemps un domestique chez les Ericson : il nous raconte son histoire sous une forme originale, une lettre d’aveux. En effet Hélène, la fille des Ericson, est accusée d’avoir assassiné ses parents avant de mettre fin à ses jours. Mais dès le début de ce récit, Henri clame que c’est lui qui a assassiné ses maîtres et il raconte ce qui l’a poussé à commettre ces actes. A travers ses aveux, découvrez une histoire peu commune…

    Ce qui ressort le plus dans cette nouvelle, c’est l’amour d’Henri pour ses maîtres. Il n’a rien de « l’esclave lambda »: il est cultivé, il éprouve un véritable attachement pour la famille qu’il sert et qu’il idolâtre, il semble mener une vie paisible et apprécier sa condition. En effet, s’il effectue de nombreuses tâches pour la famille, elles ne sont pas écrasantes : il a du temps libre et peut voir chaque jour ses amis. Dans ce cas, comment a-t-il pu assassiner ces personnes si chères ? Ses maîtres ont-ils commis un acte assez grave pour pousser leur domestique à un tel acte ? Cherche-t-il juste à couvrir Hélène ?

    Tous les ingrédients d’un bon récit policier sont présents : crime, histoire des protagonistes, suspects, mobile.. Le récit est construit comme une enquête qui aboutit à un dénouement à la fois attendu et surprenant: on connait déjà le coupable mais le mobile est original. L’auteur nous propose un récit passionnant avec une écriture de grande qualité.

    J'aime

Commentaires des lecteurs

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :